Ecoutez un extrait :
Flash is required!

7:33 To Bayonne


Flash is required!

Time On My Hands


Flash is required!

Victory Stride


Les titres :
7:33 To Bayonne
Don’t Be Afraid Baby
Esquire Bounce
You Can’t Lose A Broken Heart
Time On My Hands
Victory Stride
Foolin’ Myself
Squatty Roo
She’s Funny That Way
Between the Devil and the Deep Blue Sea
I’ve Got The World On A String
Ballad medley:
September Song
My One And Only Love
Cocktail For Two
If Dreams Come True
La Ligne Claire

© photo
Jérôme Etcheberry, Michel Pastre & Louis Mazetier 7:33 To Bayonne

Jérôme Etcheberry, trompette

Michel Pastre, saxophone ténor

Louis Mazetier, piano

 

Prix : 20 €(frais de port inclus)

Acheter

Ref : 64024

7:33 To Bayonne
Distinction : Prix Jazz Classique 2016 de l'Académie du Jazz
Sélection Jazz Hot

Si de nombreux musiciens de jazz ont été tentés par l’expérience de l’enregistrement en duo, la formule du trio, en dehors du classique piano, contrebasse, batterie, est beaucoup moins usitée. C'est ici l’enregistrement de trois maîtres en pleine maturité. Ils n’ont plus rien à prouver. Ils expriment simplement leur passion pour cette musique et le bonheur de la partager, de nous la faire partager.

" … Trois compositions originales (7:33 to Bayonne d'Etcheberry, Don't Be Afraid Baby de Pastre et La Ligne Claire pour piano solo de Mazetier) et des standards. Les arrangements sont efficaces, la liberté solistique à son comble et le swing à l'honneur. La dimension expressive de Michel Pastre, très websterien dans Don't Be Afraid Baby, est prenante. Pastre retrouve la hargne de Coleman Hawkins dans Esquire Bounce où Jérôme Etcheberry se trouve être, avec la sourdine, le partenaire idéal. Après une délicieuse introduction de piano sollicitant discrètement le souvenir du Lion, You Can't Lose A Broken Heart est interprété avec beaucoup d'émotions par Michel Pastre suivi d'un discours plus fantaisiste mais non moins séduisant de la trompette avec sourdine puis par le toucher élégant de Mazetier (solide main gauche). Ces trois artistes sont des maîtres pour jouer les ballades car ils ont beaucoup travaillé la qualité expressive de la sonorité. Ainsi Time On My Hands est exposé et développé par Jérôme Etcheberry avec retenue, des émissions un peu voilées et un vibrato bien dosé, puis c'est le même langage avec Michel Pastre juste un soupçon plus véhément (belle cadence de coda!). Nos deux souffleurs ont en commun, outre le sens du phrasé jazz, la maîtrise d'un vibrato qui amène un plus à la sonorité, évitant contrairement à d'autres de tomber dans la caricature (I've Got The World On A String). Ils peuvent donc se payer le luxe d'une Ballad Medley comme au temps du JATP. Jérôme Etcheberry, avec la sourdine harmon avec tube, y aborde September Song avec la dimension d'un Doc Cheatham (en dehors des passages wa-wa). De son côté, Michel Pastre illustre une fois encore son inspiration pour les cadences de fin (Cocktail for Two). Quelle partie de piano élégante et dansante dans Foolin' Myself. Louis Mazetier est non seulement un soliste toujours inspiré, qualifié en stride du meilleur aloi, mais un accompagnateur ultra pertinent. Les tempos sont juste ceux qu'il faut... Il est artificiel de chercher dans toutes ces bonnes choses celles qui seraient les plus réussies. Ce disque est dans l'actualité ce qui ressemble le plus à un indispensable du jazz parce que ces artistes appartiennent à la dernière génération de ceux qui savent ce que c'est."

Charles Chaussade
, Jazz Hot – n°680, été 2017

 

"Un trio superlatif à l'instrumentation insolite pour l'album 7:33 To Bayonne qui reflète toute la magie née de leur rencontre. Une musique fondée sur l'improvisation, la stimulation réciproque, le bonheur de jouer ensemble. Non une juxtaposition de solistes virtuoses, mais la conjugaison de talents dont le dénominateur commun demeure le swing. Mieux, une osmose qui porte à son paroxysme les valeurs intrinsèques du jazz dit "classique". De tels moments de grâce sont assez rares pour qu'on les savoure avec une délectation sans mélange".

Jacques Aboucaya, Jazz Magazine — N°692, mars 2017

 

"Ne manquez pas cet album, chef-d'œuvre du jazz hexagonal !"

François Balzer, Jazz Dixie / Swing — N°95, avril 2017

 

"Trompette, ténor et piano... et il ne manque rien. Tout est là. (...) Un de ces bonbons revisitant la tradition confiseuses des années swing."

Jazz Magazine — N°691, février 2017

 

Vos avis

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

* champs obligatoires