Les titres :
I'm Beginning To See The Light
Gee Baby Ain't I Good To You
Hit That Jive, Jack
Mitch's Lament
I Never Knew
Moonlight In Vermont
Flat Foot Floogie
She's Got It
Days Of Wine And Roses
Just The Friends Blues
Thou Swell
A Smooth One
© photo
Just Friends Hit That Jive, Jack

Dominique Burucoa, trompette, bugle, vocal

Emmanuel de Montalembert, guitare, vocal

Arnaud Labastie, piano

Laurent Aslanian, contrebasse, vocal

Antoine Gastinel, batterie, vocal

Prix : 15 €(frais de port inclus)

Acheter

Ref : 64019

Critiques


" ... Par des arrangements subtils, par d'inattendus (et judicieux) changements de tempo, par de savoureux mélanges de timbres, bref par toute une alchimie sonore qui doit tout aux interprètes, ce groupe nous offre un superbe régal musical et esthétique, vigoureusement swingué (I Never Knew, par exemple). Les tempos lents (Mitch's Lament, Moonlight in Vermont) sont joués avec finesse sans que le swing en pâtisse ; on se doute alors de ce que donne un Hit That Jive, Jack. Une mention toute particulière pour Days of Wine and Roses, merveilleusement détaillé en une bossa-nova tout en douceur, au bugle, par Burucoa dont il faut saluer la maîtrise tout au long de ces soixante minutes. Ses partenaires sont à sa hauteur... Mieux vaut vite le commander et le déguster."

Henri SofroniadesJazz Dixie/Swing, n° 59, mai 2008.

"J'ai un grand plaisir à écouter ce disque et à le réécouter. L'entrée bille en tête de la basse me va droit au coeur... L'impression favorable de ce départ ne se démentira pas . Voilà cinq musiciens qui aiment et connaissent le jazz, et l'ont manifestement beaucoup pratiqué ensemble. La rythmique tourne bien, les thèmes sont bien exposés, les improvisations intéressantes, chacun possède son instrument, ça swingue... Si bon soient les éléments, l'important est la qualité de l'ensemble dont le plaisir à jouer est communicatif. Et le groupe passe avec succès l'épreuve décisive, le test ultime du jazz : le blues lent, le bon vieux blues, Just The Friends Blues, c'est sept minutes de bonheur !"

Raymond "Coolie" WermelingerJazz Dixie/Swing, n° 59, mai 2008.

"... Cet ensemble de jazz porte bien son appellation. Personne ne tire la couverture à soi, l'entente est réelle, le jeu collectif s'enrichit des individualités... On ne s'ennuie pas un instant. La formation fait référence à Buck Clayton et à Ruby Braff jouant en petit comité : le style est différent mais l'esprit est là. Et la qualité de la prise de son ajoute au plaisir." 

D. J. - Bulletin du h.c.f., n° 569, avril 2008.

" Qu'ils jouent ou chantent avec talent et alacrité des standards d'Ellington, Goodman ou Slim Gaillard et Slam Stewart, les membres de ce quintette homogène... font la démonstration que le jazz "classique" est toujours vivant chez nous, singulièrement le middle auquel est consacré cet album fort réussi." 

J. A. - Jazz Magazine, n° 590, mars 2008.

"Ce deuxième opus en quintette succède au duo Burucoa - Labastie, récemment parvenu aux oreilles des connaisseurs... Les deux compères se déboutonnent et l'on assiste à un hommage en règle à quelques célébrités, dont Slim Gaillard et Slam Stewart, superbement évoqués dans Flat Foot Floogie ou Moonlight in Vermont, sans oublier la composition éponyme de l'album. L'ambiance générale, la prise de son, l'esprit de famille très perceptible, les bons choix de tempo, tout concourt à la réussite de la séance, particulièrement dans les exposés trompette - guitare et les succulents vocaux, dont la coloration basco-landaise ne trahit jamais Harlem.

On passe un excellent moment, tout de swing subtil (Gastinel dans Thou Swell), et d'intimité qui réchauffe et qui charme (Gee Baby... ou Mitch's Lament). On pourrait, à la rigueur, regretter l'absence d'un saxophone, si Montalembert ne la faisait oublier par la beauté de sa sonorité et la fluidité de son phrasé..." 

Daniel Huck - Jazz Classique, n° 49, janvier 2008. 

"... Pour dire leur histoire musicale commune et surtout leur passion du jazz, les Just Friends ont créé Just the friends blues. Leur hymne, leur carte de visite, mieux encore leur raison d'être et de jouer entre bons camarades. Dans le CD qu'ils viennent de livrer aux amateurs de jazz, le morceau swingue à côté des créations de Duke Ellington ou Benny Goodman. Tout est à l'unisson comme jouent les joyeux compères de ce quintette "made in Côte basque" même s'ils le font sans prétention aucune... Les Just Friends n'ont que cinq bougies en commun. Pourtant, voilà belle lurette déjà qu'ils astiquent, distordent les cuivres et secouent les drums tous ensemble ou chacun de son côté. Entre eux, il y a le partage du jazz et de cette idée qu'il n'est jamais aussi passionnant que quand il joue à plein sur la connivence. C'est cette grande fraternité du swing qui les a réuni et qui désormais mêle leurs notes sur la Côte basque, à Marciac ou au fameux Caveau de la Huchette à Paris. Just Friends est désormais bien plus qu'une rencontre, c'est une union libre et prolifique. Il y avait du bonheur dans Just you, just me, livré en 2002, salué par la critique. Il y a de la jubilation dans le second opus qui emprunte à John Alston son titre, Hit that jive, Jack..."

Pierre Sein - La Semaine du Pays Basque - n° 747, du 27 décembre au 2 janvier 2008.

Vos avis

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

* champs obligatoires