Les titres :
We'll Be Together Again
Undecided
Old Folks
Sweet Lorraine
Come Sunday
Lulu's Back In Town
Autumn Leaves
Love Me Or Leave Me
Beautiful Love
That's All
Love Is Here To Stay
B.B. & C.L. Blues
© photo
Dominique Burucoa & Arnaud Labastie We'll be together again

Dominique Burucoa, trompette, cornet, flugelhorn, vocal

Arnaud Labastie, piano

 

 

Prix : 15 €(frais de port inclus)

Acheter

Ref : 64018

Distinction : 

Jazz Hot : Indispensable 

 "... Les deux compères délivrent environ une heure de bonheur sur tous les tons du vécu, de la tendresse (We'll Be Together Again ou Love Is Here To Stay) au grave (Come Sunday) en passant par le nostalgique (Old Folks), le badin (That's All), l'indécis joyeux ou inquiet... S'il chante parfois, Dominique Burucoa use des différentes sortes de cuivres : la trompette, le cornet, le bugle et même de la seule embouchure de ces instruments dans cet album. Il en tire des sonorités qui magnifient ces faces toujours senties. C'est un musicien chaleureux, sensuel et sans affectation. Sa musique lui ressemble : simple, majestueuse et généreuse. Aux bords des larmes (Old Folks) ou en pleine dérision (Lulu's Back In TownUndecided), le ton est toujours juste, dans l'esprit de la pièce, exposée sans surcharge en un équilibre classique qui rend l'expression forte.

Quant à Arnaud Labastie, il confirme ce qui apparaissait déjà dans l'album précédent : maîtrise instrumentale, toucher personnel, puissant, clarté et sûreté rythmique. En un mot, la musicalité. Sa lecture du jazz s'accorde totalement avec celle de Burucoa. Ses interventions sont aussi magistrales que son accompagnement parfaitement adapté au discours du soliste.

Ces deux artistes entendent la musique de l'intérieur et la jouent avec une rigueur d'orfèvres... Ces faces sont parfaites : une pure merveille d'équilibre et de densité jamais pesantes. Bravo !"

Félix W. Sportis - Jazz Hot, n° 643, octobre 2007.

"Le duo piano - trompette, voilà un art difficile ! Vous ne pouvez pas vous adosser à une section rythmique rassurante et vous n'avez pas de "sidemen" qui attirent de temps en temps l'attention, vous permettant ainsi de respirer. On joue à découvert, le faux pas n'est pas permis.

Mazetier-Ecklund, en 1999, était une réussite. En voici une autre mais dans une atmosphère toute différente ; l'enregistrement, assez mat, accentue le caractère d'intimité du duo et le style est autre. Burucoa opte pour la sobriété, la simplicité de l'expression, il reste souvent près de la mélodie, avec une sensibilité de phrasé qui évite les broderies compliquées. Selon les morceaux, il utilise trompette, cornet ou bugle (le dernier morceau est joué avec l'embouchure seulement). Le pianiste, plus aventureux, main gauche assez légère, affectionne les lignes brisées, les déhanchements à la Garner (Autumn leaves) et les coups de patte à la Hines. Le thème de la première interprétation est joué "straight", avec naturel, sans raideur, presque sans vibrato de la trompette alors que Undecided, réjouissant, utilise la sourdine et nous offre un piano virevoltant. Old folks est un bon exemple de cette sensibilité de jeu, qui est une des caractéristiques de ce disque, mais on peut le dire aussi de Come sunday ou de Autumn leaves. Il semble que nos deux musiciens se soient attachés à créer une ambiance particulière, le caractère de l'improvisation prenant le pas, en général, sur le swing (non que celui-ci soit absent, bien sûr). J'ai écouté Lulu's back par Ecklund-Mazetier : les deux versions sont fort différentes et même l'enregistrement accentue l'écart (de la "réverbération sur la trompette d'Ecklund).

Love me or leave me : Burucoa, avec la sourdine, fait parler son instrument, "aime-moi ou laisse-moi" supplie la trompette, pendant que Labastie, discret (ou prudent, c'est selon), reste quelques pas en arrière... Le dernier chorus est clamé par la trompette et le piano "fait les grandes orgues". That's all est exposé avec finesse par le bugle qui développe ensuite joliment.

Bref, vous avez compris que ce disque, enregistré en avril 2006, vaut l'acquisition. La formule du duo ne supportant pas la médiocrité, c'est bien ou c'est raté. Ici, vous n'aurez pas vraiment de points faibles. Et si vous avez un système audio à la hauteur, vous vous pourlècherez les oreilles car la reproduction est fidèle."

Daniel Janissier - Bulletin du hcf - n° 566, nov./déc. 2007 

Trois disques exemplaires. Dominique Burucoa, Arnaud Labastie... revisitent le passé avec des sensibilités contemporaines.

Sans doute la caractéristique commune de ces trois albums et de ceux qui les signent (1) consiste-t-elle dans le fait de tirer leurs références non d'un improbable futur à découvrir, mais d'un passé plus ou moins lointain où s'enraciner. Autrement dit, on ne les jugera pas en termes d'innovation mais plutôt de fidélité à une tradition qu'il s'agit de faire fructifier. Ce à quoi s'emploient avec bonheur, les uns et les autres. Toutefois, plus encore que les critères de forme ou de style, ce qui les différencie de la production actuelle tient bien davantage au feeling dont les trois disques sont, d'un bout à l'autre, innervés. Rien à voir avec la perfection technique servant trop souvent à masquer le vide de l'inspiration. Tout ici repose sur la sensibilité et l'émotion. De quoi justifier une démarche tout à fait pertinente.

Ainsi des standards interprétés en duo par Dominique Burucoa et Arnaud Labastie. Autant de petits bijoux sertis avec amour par un trompettiste-cornettiste-bugliste au son rond et chaud, "mouthpiecer" de surcroît, chanteur à l'occasion (Sweet Lorraine, le scat décoiffant de B.B. & C.L. Blues, seul original du recueil) et pianiste inventif, à la main gauche solide comme un roc. Tout serait à citer, du dialogue stimulant de Lulu's Back In Town au développement d'Autum Leaves à la trompette bouchée, en passant par We'll Be Together Again qui donne son titre à l'album."

Jacques AboucayaJazz Magazine - n° 588, janvier 2008

(1) Les deux autres albums cités : Matthieu Boré, Sometimes On My Own, Evan Christopher, Introduction, Live At The Meridien

"Ce label né avec un festival qui fait encore rêver donne enfin à son organisateur principal l'occasion de s'exprimer. Nous retrouvons donc dans ce CD Dominique Burucoa (tp, cnt, flgh, voc, ...) et Arnaud Labastie (p) (...) Dominique est bien en lèvres, les idées fusent, souvent toutes en nuances, très fines, avec un swing intérieur très perceptible. Il dispose d'une belle palette musicale qui exclut toute monotonie ou tristesse (B.B. & C.L. Blues) : sonorité de la trompette, du cornet, du bugle, de sa voix bien timbrée à la Red Richards, Clark Terry, de son embouchure, d'un jeu de sourdine (sèche, wa wa). Arnaud a aussi en commun une régularité de tempo et un jeu paisible qui peut être tout en retenue. Nous pensons ici à celui d'Ellis Larkins ou à celui plus extraverti de Sammy Benskin, Erroll Garner voire Earl Hines (Beautiful Love). Sans faire d'histoires, ils nous proposent un panorama inconscient (?) -toujours à l'aide de touches légères- allant du ragtime (Undecided) en passant par des notes étranges (We'll Be Together Again) ou du gospel (Come SundayOld Folks) à du "classique" (Beautiful Love). Les deux amis ont un jeu bien soudé, de bons tempi réguliers bien choisis et savent glisser des citations, sans l'air d'y toucher, et ils ont, dans leurs échanges en 4/4, des interventions bien conduites. En le réécoutant, ce CD peut vous gagner jusqu'à vous surprendre à fredonner Love Is Here To Stay des heures après. Cet air fait d'ailleurs partie de notre sélection (impitoyable !) en la bonne compagnie de Sweet LorraineLove Me Or Leave Me, That's All... Un CD subrepticement prenant à prendre sans appréhension !"

Claudia & Jean-Pierre BattestiniJazz Dixie/Swing - n° 60, août 2008.

Vos avis

Soyez le premier à donner votre avis

Donnez votre avis

* champs obligatoires